Pla detall d'un tonòmetre davant d'un ull per prendre la pressió intraocular, un paràmetre essencial per la detecció del glaucoma.

Qu’est-ce que le glaucome ?

Le glaucome est une maladie importante car elle est fréquente et potentiellement dangereuse. Elle affecte environ entre 1,5 à 2 % de la population de plus de 40 ans, en augmentent son incidence à mesure que l’âge augmente. C’est la deuxième cause de cécité dans notre environnement mais cette cécité peut être évitée si la maladie est diagnostiquée et traitée correctement.

Le glaucome est une maladie chronique, progressive et irréversible du nerf optique. Elle est caractérisée par une perte du champ visuel qui est habituellement asymptomatique jusqu’à un stade avancé de la maladie et, dans la majorité des cas, associée à une pression oculaire élevée.

Il existe des formes de glaucome aiguës, dont la manifestation clinique est rapide et qui s’accompagnent généralement de douleurs et d’une perte de vision, mais qui sont moins fréquentes. Dans ces cas, la pression oculaire augmente rapidement en raison de la configuration anatomique de l’œil (glaucome primaire à angle fermé) ou à la suite d’une inflammation, d’un traumatisme ou d’une autre maladie oculaire.

De nombreux facteurs de risque peuvent contribuer au glaucome. Parmi eux, l’élévation de la pression oculaire est le plus important. Dans la plupart des cas, l’élévation de la pression oculaire est due à une difficulté d’élimination de l’humeur aqueuse (liquide intraoculaire). La pression oculaire est considérée comme normale en dessous de 22 mmHg, mais certains yeux atteints de glaucome doivent maintenir une pression plus basse pour éviter la progression de la maladie.

D’autres facteurs importants, tels que la prédisposition génétique ou les facteurs vasculaires, influencent également le patient à des degrés divers.

Types de glaucome

Il existe plusieurs types de glaucome dont nous mettons en relief les suivants:

  • Glaucome primaire à angle ouvert. Il s’agit du type de glaucome le plus courant, qui apparaît généralement après l’âge de 40 ans, se développe lentement et ne présente pas de symptômes jusqu’au stade final, où survient la perte de vision. Il est généralement diagnostiqué lors d’un contrôle routinier dans la consultation de l’ophtalmologue.
  • Glaucome à angle fermé. Il peut être soit aigu ou chronique. La forme aiguë se manifeste généralement par une douleur oculaire intense, une rougeur de l’œil et une vision floue, de sorte que la plupart des patients se rendent dans un service d’urgence, où le diagnostic est posé. Il s’agit d’une maladie grave, avec un risque élevé de perte de vision. C’est pourquoi un diagnostic précoce et un traitement préventif au laser (iridotomie/iridoplastie) peuvent la prévenir.
  • Glaucomes secondaires. Groupe hétérogène de glaucome. Dans ceux-là il existe une cause spécifique, souvent une autre maladie des yeux, qui génère l’augmentation de la pression. Parmi eux figurent le glaucome pigmentaire, le glaucome pseudo-exfoliatif, le glaucome inflammatoire, le glaucome secondaire à un traitement aux corticostéroïdes, le glaucome néovasculaire, etc.
  • Glaucome congénital. Il survient dans les premiers jours ou mois de la vie du patient et est secondaire à des anomalies dans le développement de l’œil pendant la gestation. Plus précisément, elle se produit au niveau du réseau trabéculaire (où s’écoule l’humeur aqueuse).

Qui est le plus à risque ?

  • Les personnes de plus de 40 ans ont un risque plus important de développer cette maladie. Le risque augmente avec l’âge
  • Les personnes avec une pression oculaire élevée. Il s’agit du principal facteur de risque pour le développement du glaucome, de sorte que le traitement visant à réduire la pression du glaucome est le plus important pour améliorer le pronostic de la maladie.
  • Les personnes avec des antécédents familiaux de glaucome. Le risque de développer un glaucome est de 4 à 16 % si un membre de la famille de premier degré (père, mère et/ou frères et sœurs) est atteint de glaucome.
  • Myopie. Les myopes ont environ deux fois plus de risques de développer un glaucome que le reste de la population.
  • Personnes qui font partie de certains groupes ethniques. L’incidence du glaucome est plus élevée chez les Afro-Américains que chez la population blanche, et le glaucome tend à se manifester plus tôt et de manière plus agressive.

Les personnes qui ont un risque plus élevée de souffrir de glaucome devraient se soumettre à un examen ophtalmologique pour écarter ou faciliter le diagnostic précoce de la maladie. De plus, si un glaucome a déjà été diagnostiqué, il est important de respecter les contrôles et les traitements prescrits par l’ophtalmologiste et de recommander aux membres de la famille proche de se soumettre à un contrôle ophtalmologique.

Diagnostic

Dans le cas d’un glaucome aigu, le patient souffre généralement de douleurs et d’une perte de vision, et se rend donc généralement au service des urgences ophtalmologiques, ce qui facilite le diagnostic sur la base de l’évaluation clinique et des examens mentionnés ci-dessous.

Cependant, le glaucome chronique (le plus courant) est une maladie silencieuse et lente qui ne dérange pas les patients jusqu’à un stade très avancé. Les malades ne sont conscients de leur maladie qu’à un stade très avancé. C’est pourquoi les personnes les plus à risque devraient subir un dépistage afin d’écarter la possibilité d’un glaucome ou de faciliter un diagnostic précoce.

Le diagnostic de glaucome est établi par un examen ophtalmologique complet, visant à évaluer la pression intraoculaire, l’état du nerf optique et la fonction du nerf optique.

En plus de l’examen ophtalmologique général, les tests suivants sont effectués :

  • Tonométrie : mesure de la pression intraoculaire.
  • Campimétrie : examen du champ visuel.
  • Examen détaillé de la papille et de la couche de fibres nerveuses à l’aide d’une lampe à fente. Actuellement, plusieurs outils d’imagerie contribuent au diagnostic précoce et au suivi du glaucome : GDX, OCT et HRT.
  • Gonioscopie : examen de l’angle de drainage de l’humeur aqueuse.

Une fois la première visite effectuée, et selon l’avis de notre médecin, les contrôles nécessaires seront réalisés pour un suivi approprié en fonction du type et du degré de glaucome. Le glaucome chronique nécessite des contrôles réguliers tout au long de la vie du patient.

Traitement

L’objectif principal du traitement est de préserver la vision et la qualité de vie du patient. Actuellement, le traitement vise à traiter la cause du glaucome secondaire et, dans tous les types de glaucome, à réduire la pression oculaire.

Le traitement principal est médical et consiste à instiller un collyre dans le globe oculaire. Ces collyres contiennent différents médicaments qui contribuent à diminuer la pression intraoculaire. Il existe de nombreux types de collyres qui sont efficaces mais qui peuvent provoquer une légère gêne oculaire après leur application (rougeur de l’œil, sensation de corps étranger, etc.). Cependant, il est très important d’effectuer le traitement selon les indications données par l’ophtalmologue. Si le traitement n’est pas strictement respecté, l’évolution de la maladie sera plus grave. De même, une mauvaise application des gouttes présente un risque pour la vision.

Le traitement au laser est également utile dans le cas du glaucome. Il en existe différents types :

  • Trabéculoplastie : appropriée pour le glaucome à angle ouvert.
  • Iridotomie (petit trou dans l’iris) et iridoplastie (grands impacts qui étirent l’iris périphérique et ouvrent l’angle) : ces techniques sont utilisées dans le cas du glaucome à angle fermé.
  • Cyclophotocoagulation : utilisée dans quelques cas, uniquement dans ceux qui ne répondent pas aux autres traitements médicaux ou chirurgicaux.

Il convient de noter que tous les traitements au laser sont effectués en ambulatoire.

Le traitement chirurgical est nécessaire dans un nombre considérable de cas. En général, il doit être réalisé lorsque le traitement médical ou au laser ne suffit pas à contrôler la pression et/ou à stopper la progression de la maladie.

Les techniques chirurgicales les plus couramment utilisées pour le traitement du glaucome sont les suivantes :

  • Trabéculectomie
  • Sclérotomie profonde non perforante avec ou sans implant
  • Dispositifs de drainage sous-conjonctival (Ahmed, Baerdvelt, Molteno…)
  • Implants trabéculaires

Toutes ces interventions sont réalisées en ambulatoire mais nécessitent un contrôle postopératoire strict et un traitement que le patient doit effectuer chez lui. Le succès de la chirurgie dépend en grande partie de la bonne application par le patient du traitement prescrit par l’ophtalmologiste.

Questions fréquentes

Est-ce-que le glaucome peut causer la cécité ? 

Oui, certains glaucomes conduisent à la cécité. En fait, cette maladie est la deuxième cause de cécité dans notre environnement. Toutefois, grâce aux traitements disponibles, il est possible, dans la plupart des cas, de contrôler la maladie.

Puis-je me baigner à la plage si je suis atteint de glaucome ?

En principe, une personne atteinte de glaucome peut nager dans la mer. Cependant, il est très important d’éviter de nager avec des lunettes et, si possible, de protéger les yeux avec des lunettes de plongée. Au moindre signe de rougeur ou d’irritation, les gouttes contre le glaucome ne doivent jamais être interrompues. Il est également très important de protéger ses yeux du soleil en portant des lunettes de soleil et un chapeau lorsqu’on se rend à la plage.

Contenu médical révisé par - Dernière révision 07/05/2024

Avez-vous des questions?

Écrivez-nous ou prenez rendez-vous pour une consultation avec nos spécialistes.