Tumeurs des paupières et de l’orbite

Contenu médical révisé par - Dernière révision 28/11/2016
Tumeurs des paupières et de l’orbite

TOUT CE QU’IL FAUT SAVOIR SUR LES TUMEURS DES PAUPIÈRES ET ORBITAIRES EN UNE MINUTE…

  • Les tumeurs des paupières sont celles qui apparaissent aux paupières sous la forme de lésions, boutons ou bosses qui ne causent habituellement pas des symptômes, mais qui dans certains cas piquent, brûlent ou même saignent en produisant des croûtes.
  • Les tumeurs orbitaires sont celles qui se trouvent dans la cavité orbitaire qui entoure l’œil. Quelques-unes d’entre elles ont, donc, un accès difficile. Le patient peut remarquer que son œil est exorbité ou désaligné, et peut y voir double.
  • Les deux types de tumeurs peuvent être bénignes ou malignes (cancéreux). Dans ce cas-là, il faut essayer de les enlever.
  • L’ablation des tumeurs des paupières a souvent un taux de succès très élevé, pourvu qu’on élimine la tumeur et une partie du tissu sain qui l’entoure.
  • Le pronostic des tumeurs orbitaires est variable selon son étiologie. L’ablation de ces tumeurs n’est pas possible dans tous les cas, à cause de son difficile accès.
  • Dans le cas des tumeurs aux paupières, le principal facteur de risque est le dommage causé par le soleil. Les personnes ayant été exposées au soleil pendant des années, soit à cause du travail, soit pour loisir, ainsi que les personnes âgées et avec la peau claire courent le plus grand risque de subir ces tumeurs.

Tumeurs des paupières et de l’orbite

Les tumeurs sont des masses anormales de tissu pouvant être bénignes ou malignes (cancéreuses). Les tumeurs palpébrales sont celles qui apparaissent aux paupières, tandis que les orbitaires apparaissent dans la cavité orbitaire qui entoure l’œil. L’exposition au soleil est le facteur de risque principal menant à l’apparition de tumeurs palpébrales.

Tumeurs palpébrales (aux paupières)

Tumeurs orbitaires
Lésion ou bosse sur la paupière qui, habituellement, ne cause pas des symptômes. Parfois elle pique, brûle ou saigne en produisant une croûte.

Tumeur interne non visible qui peut faire que le patient se voit l’œil exorbité ou désaligné, et qu’il voit double.

Indépendamment de sa localisation, elles peuvent être bénignes ou malignes, et elles doivent être examinés préférablement par un spécialiste en oculoplastie afin d’essayer de procéder à leur ablation, si possible, avec le but de les éliminer complètement.


Que sont les tumeurs des paupières et orbitaires ?

Les tumeurs sont des masses anormales de tissu. Il est habituel que les patients associent le mot tumeur à quelque chose de mauvais. Mais ce n’est pas toujours le cas. Parfois, il s’agit de proliférations de cellules bénignes, et donc non cancéreuses ; mais d’autres fois, ce sont effectivement des proliférations de cellules malignes, et donc, cancéreuses.

  • Les tumeurs palpébrales sont celles localisées sur la peau des paupières.
  • Les tumeurs orbitaires sont celles localisées dans la cavité orbitaire qui entoure l’œil. Cette cavité contient des muscles, des vaisseaux sanguins… Et chacune de ces structures peut être atteinte d’une tumeur.

Quels types de tumeurs existe-t-il ?

Il y a beaucoup de types de tumeurs, palpébrales comme orbitaires. Il y en a de bénignes, de malignes et même certaines peuvent être bénignes au début et devenir malignes ultérieurement. Voilà pourquoi, face au soupçon d’une tumeur, il faut effectuer un suivi afin de déterminer s’il s’agit d’un de ces cas où la tumeur peut devenir maligne.


Quels gênes et symptômes causent-elles ?

Ce qui est plus frappant et devrait faire que les patients soient vigilants et se rendent à la consultation tout de suite est que, plusieurs de ces tumeurs, notamment les palpébrales, apparaissent sous la forme de petites lésions ou bosses auxquelles le patient n’accorde pas d’importance, car elles augmentent de taille petit à petit et ne causent pas de gênes, sauf dans certains cas où elles peuvent piquer ou brûler. Parfois elles saignent un peu et produisent une croûte, mais il s’agit d’une bosse assez normale à laquelle personne n’accorde pas de l’importance, car elle ne cause pas de gênes. C’est pour cela que, lorsque le patient se rend à la consultation, la tumeur est déjà grande et plus difficile à éliminer.

Il est donc très important que, lorsque le patient détecte une lésion sur la paupière qui ne cause pas de la douleur, mais qui saigne, pique, et change de taille ou de couleur, il se rende à la consultation de l’ophtalmologiste, si possible un spécialiste en oculoplastie, afin d’évaluer la lésion et réaliser un diagnostic et traitement précoce.

Les tumeurs orbitaires sont différentes, car elles se trouvent dans la cavité orbitaire et le patient éprouve d’autres symptômes. Il peut remarquer que son œil est un peu exorbité ou désaligné, ou qu’il y voit double. Habituellement, cela attire plus l’attention du patient et il se rend avant à la consultation. Voilà pourquoi, dans ces cas le diagnostic n’est pas si retardé. Mais, dans certaines occasions, l’augmentation de taille de ces tumeurs est si lente que, lorsqu’elles causent des symptômes, elles sont déjà très larges.


Qui coure le plus grand risque d’être atteint de ces tumeurs ?

Les personnes ayant été exposées au soleil au long de sa vie, soit pour loisir (prendre bains de soleil), soit à cause de son travail, ont la peau plus endommagée, et donc, courent un plus grand risque d’apparition de cancers de peau. Ces personnes doivent être vigilantes et contrôler la peau du visage, car c’est la partie la plus souvent exposée au soleil, y compris la peau autour des yeux. Face à l’apparition de toute lésion, il faut se rendre d’urgences à la consultation d’un spécialiste afin de l’examiner.

L’âge d’apparition des tumeurs palpébrales et orbitaires est très variable et dépend du type de tumeur. Certaines unes sont plus fréquentes pendant l’enfance, tandis qu’autres sont plus fréquentes parmi les personnes âgées, mais en général c’est à partir des 50 ans quand elles apparaissent plus fréquemment.

Les personnes avec des phototypes 1 et 2, qui ont la peau très claire, doivent être aussi vigilantes, car elles courent un plus grand risque d’être atteintes d’un cancer de peau.


Pourquoi se produisent-elles ? Peuvent-elles être prévenues ?

Puisqu’il existe beaucoup de types de tumeurs, le mécanisme de production de chacune d’elles est très différent. Mais pour les tumeurs palpébrales, le facteur plus prédisposant est le dommage causé par le soleil. Les peaux très endommagées par le soleil courent un plus grand risque de subir un cancer de peau.  Il est très important de les prévenir par moyen d’une protection solaire appropriée. Il est donc essentiel de :

  • Porter des lunettes de soleil.
  • Se protéger en utilisant de la crème solaire (certains écrans solaires peuvent être utilisés sur la peau des paupières).
  • Éviter l’exposition solaire lorsque le soleil est plus intense (de midi à 15 h).

Chez les patients qui subissent déjà des cancers dans d’autres parties du corps, surtout sur le visage, il est important de se rendre en urgence chez le spécialiste face à toute lésion sur la paupière qui ne soit pas douloureuse, mais qui saigne ou pique, afin de réaliser un diagnostic précoce.


Comment sont-elles diagnostiquées ?

Lorsqu’un patient se rend à la consultation et on voit une lésion suspectée d’être maligne et qu’on croit que pourrait être cancéreuse, il faut déterminer de quel type de tumeur s’agit et si elle l’est effectivement.

La façon plus fiable de savoir de quel type de lésion s’agit-il est la biopsie. La biopsie nous permet de prélever un morceau de tissu, de l’analyser et de le classifier. Cela est très important car selon le type de tumeur, le traitement pourrait varier.

Au cas où les tumeurs palpébrales sont petites et son ablation complète peut être effectuée lors d’une seule chirurgie, on va procéder, et puis on attendra le résultat de la biopsie. Qu’elles le soient ou pas, on sera tranquilles car on les aura éliminées complètement.

Dans le cas des tumeurs larges, la biopsie sera utile pour confirmer si elle est cancéreuse et, dans ce cas-là, procéder à l’ablation complète de la lésion, qui peut nécessiter parfois des reconstructions complexes par moyen de greffes ou de lambeaux.

Il n’est pas possible de réaliser des biopsies dans tous les cas de tumeurs orbitaires. Beaucoup d’elles sont diagnostiquées par moyen des caractéristiques cliniques du patient, et des résultats de tests d’imagerie, tels que la scanographie, RMN, etc.


Comment peuvent-elles être traitées ?

Le traitement dépendra du type de tumeur. Certaines tumeurs palpébrales bénignes peuvent être éliminés facilement avec une petite intervention chirurgicale. Mais d’autres tumeurs plus larges exigent des chirurgies plus complexes. Les tumeurs malignes doivent être éliminés complètement par son ablation ; parfois cela est plus au moins simple, mais d’autres fois il est nécessaire de réaliser des chirurgies plus complexes en deux ou trois temps.

Par rapport aux tumeurs orbitaires, le traitement dépendra du type de tumeur. Sa localisation est plus sensible et cela fait que son ablation ne soit pas possible dans tous les cas.  L’ablation peut être effectuée dans le cas des tumeurs d’accès facile, mais dans le cas de ceux qui sont situés dans des zones d’accès difficile, il est probable qu’il s’avère nécessaire de réaliser un suivi et d’évaluer comment agir dans tout moment. Le traitement chirurgical ne sera pas nécessaire dans tous les cas. La tumeur primaire plus fréquente dans l’orbite est le lymphome, qui se diagnostique par moyen d’une biopsie et dont le traitement n’est pas chirurgical, mais consistant à la radiothérapie ou chimiothérapie, selon le type histologique.


Quel est le taux de succès de l’ablation de ce type de tumeurs ?

Dans le cas des tumeurs malignes aux paupières, au cas où on réussit à éliminer la tumeur complètement et une partie du tissu sain qui l’entoure, le taux de succès sera très élevé et la probabilité de réapparition est très faible. Néanmoins, on réalise des suivis dans la consultation après l’ablation de la tumeur, afin de détecter toute récidive ou réapparition de façon précoce, auquel cas une intervention pourrait être effectuée à nouveau.

Le cas des tumeurs orbitaires est différent. Le taux de succès dépendra toujours du type de tumeur.

ICR siège central Ganduxer

c/Ganduxer,117
08022 Barcelona

ICR Pau Alcover

C. Pau Alcover 67
08017 Barcelona

ICR Terrassa

Carrer del Nord, 77
08221 Terrassa

Centre Chirurgical Clínica Bonanova

Pg. De la Bonanova 22-24
08022 Barcelona

Tests et Traitements Clínica Bonanova

c/ Mandri, 63
08022 Barcelona

Service d’ophtalmologie à la Clinique Ntra. Sra. del Remei

Rue de l'Escorial,148
08024 Barcelona
Ce site web utilise des cookies afin de recueillir des informations statistiques sur votre navigation. Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez son usage. Plus d'infos.